AccueilL'associationActivités & ÉvénementsLes Hebdos en chiffres
Actualités
Revue de presse
L'Éditeur
Salle de presse
Publicité
Publicité nationale
Publicité locale
Publicité sociétale
Dans quelle mesure est-ce important pour vous d'encourager vos détaillants locaux indépendants lorsque vous faites des achats ? Est-ce :

Actualités

Taille du texte Imprimer Partager
Gaz de schiste: 45 % des Québécois pensent que le gouvernement fait passer les intérêts de l’industrie gazière avant ceux de la population
27 septembre 2010
Un sondage Hebdos Québec - Léger Marketing réalisé entre le 20 et le 23 septembre confirme qu’un Québécois sur trois (35 %) est défavorable à l’exploitation du gaz de schiste au Québec,

tandis que 45 % des Québécois pensent que le gouvernement fait passer les intérêts de l’industrie gazière avant ceux de la population. D’autre part, 20 % de la population se dit favorable à l’exploitation du gaz de schiste.

Les personnes défavorables à l’exploitation du gaz de schiste sont plus enclines à considérer que le gouvernement fait passer les intérêts de l’industrie gazière avant ceux de la population (74 %). Autre fait intéressant dévoilé par l’étude, 35 % des Québécois estiment qu’ils n’en connaissent pas assez sur le dossier pour se prononcer. Seuls 14 % pensent que le gouvernement défend autant les intérêts de l’industrie gazière que la population, et 4 % jugent qu’il fait passer les intérêts de la population devant ceux de l’industrie. Des 1000 personnes sondées, 18 % affirment ne jamais en avoir entendu parler et 27 % disent ne pas avoir d’opinion sur le sujet. 

À propos de l’étude Hebdos Québec-Léger Marketing sur le gaz de schiste
Hebdos Québec a mandaté la firme Léger Marketing afin d’analyser l’opinion des Québécois par rapport à l’exploitation du gaz de schiste. Pour réaliser cette étude, 1000 entrevues ont été réalisées par Internet du 20 au 23 septembre auprès de la population adulte du Québec dans le cadre d’un sondage Omnibus. Les données finales du sondage ont été pondérées selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, le degré de scolarité, la composition du foyer (avec ou sans enfant) et la région, de façon à garantir un échantillon représentatif de la population québécoise.  Consultez les résultats complets de l’étude.