AccueilL'associationActivités & ÉvénementsLes Hebdos en chiffres
Actualités
Revue de presse
L'Éditeur
Salle de presse
Publicité
Publicité nationale
Publicité locale
Publicité sociétale
Dans quelle mesure est-ce important pour vous d'encourager vos détaillants locaux indépendants lorsque vous faites des achats ? Est-ce :

Actualités

Taille du texte Imprimer Partager
Un Québécois sur quatre a déjà vécu ou vit actuellement un conflit au travail,
24 octobre 2011
25 % d’entre eux pensent changer d’emploi et 28 % des gens estiment que leur municipalité est mal gérée.

Ces données font partie des résultats dévoilés par Hebdos Québec à la suite de la 3e édition de l’enquête Hebdos Québec/Léger Marketing « Découvrez le vrai visage du Québec » réalisée auprès de 29 016 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans et plus et menée dans 150 localités.

« Nous avons des résultats pour l’ensemble du Québec, mais aussi pour chacune des régions et des 150 localités. Cela nous permet de constater une fois de plus que le Québec est loin d’être uniforme et que les réponses varient sensiblement selon les régions ou les localités. Avec cette troisième édition, nous poursuivons le travail amorcé afin d’obtenir un portrait social, relationnel et économique du Québec d’aujourd’hui. Comme les éditeurs de nos journaux se trouvent dans toutes les régions du Québec, cette enquête leur permet de mieux connaître la population des marchés qu’ils desservent et de savoir comment leur localité ou leur région se distingue ou se compare avec l’ensemble du Québec », explique Gilber Paquette, directeur général et directeur du marketing d’Hebdos Québec.

Les Québécois au travail : conflits avec des collègues et désir de changer d’emploi
À la question Vivez-vous actuellement un conflit sérieux avec un ou une collègue de travail? 5 % des Québécois ont répondu « oui » et 20 % ont répondu que ça leur était déjà arrivé, ce qui signifie qu’un Québécois sur 4 a déjà eu à faire face à ce genre de situation. C’est sur la Côte-Nord que le résultat est le plus élevé, avec 29 %, suivi des régions de Laval et de l’Outaouais, avec 28 %; à l’opposé, en Mauricie, la proportion n’est que de 19 %.

Lorsqu’on a demandé aux Québécois s’ils envisageaient de changer d’emploi au cours de la prochaine année, 25 % ont répondu « oui » ou « peut-être ». Les résultats les plus élevés ont été observés dans les régions de Montréal, avec 29 %, de l’Outaouais, avec 28 %, et de Chaudière-Appalaches, avec 27 %; ici encore, c’est en Mauricie qu’on observe le taux le plus bas, avec 19 %. Les jeunes de 18 à 29 ans, quant à eux, ont le taux le plus élevé au Québec, avec 47 %.

Gestion municipale : une certaine insatisfaction
Parmi les gens sondés au Québec, 28 % d’entre eux ont exprimé leur insatisfaction face à la qualité de la gestion de la localité où ils habitent en répondant « très mauvaise » ou « plutôt mauvaise » à cette question. Le taux le plus élevé d’insatisfaits se retrouve à Montréal, avec 55 %, alors que le taux le plus faible est dans la région du Centre-du-Québec, avec 11 %.

Environnement dans les localités: un certain optimisme quant à l’avenir
Face à l’évolution anticipée de la qualité de l’environnement dans leur localité au cours des cinq prochaines années, les gens sont assez optimistes. En effet, 28 % croient que la situation va s’améliorer, alors que 17 % croient qu’elle va se détériorer. Les autres répondants, quant à eux, croient qu’elle restera stable. Les plus pessimistes se retrouvent dans les régions de Montréal, où 29 % des gens croient que la situation va se détériorer, et à Laval, avec 24 %. Les plus optimistes se retrouvent en Outaouais, avec 36 % de gens qui croient que la situation va s’améliorer, et en Abitibi-Témiscamingue, avec 35 %.

Économie dans les localités: une perception positive
Même phénomène pour ce qui est de l’évolution anticipée de la situation de l’économie locale, avec 27 % des gens qui croient qu’elle va s’améliorer, contre 17 % qui croient qu’elle va se détériorer. Les plus pessimistes sont encore dans la région de Montréal, avec 24 % qui croient que la situation va se détériorer, et au Saguenay–Lac-Saint-Jean et en Gaspésie/Iles-de-la-Madeleine, avec 20 %. On retrouve les plus optimistes sur la Côte-Nord et en Abitibi-Témiscamingue, avec 45 % de gens qui croient que la situation va s’améliorer.

Emploi dans les localités : des répondants confiants
Quant à l’évolution anticipée de la situation de l’emploi local, 24 % des répondants croient que la situation va s’améliorer, et 17 % croient que la situation va se détériorer. Les plus pessimistes se retrouvent en Estrie, avec 26 % de gens croyant que la situation va se détériorer et 24 % au Saguenay–Lac-Saint-Jean et en Gaspésie/Iles-de-la-Madeleine. Les plus optimistes sont encore la Côte-Nord, avec 52 % qui croient que la situation va s’améliorer, et l’Abitibi-Témiscamingue, avec 49 %.

Les Québécois et leurs finances personnelles
Lorsqu’on a demandé aux Québécois s’ils aimaient dépenser, sans grande surprise, 65 % ont répondu « oui ». Toutefois, le résultat est plus élevé dans la région de Lanaudière, avec 69 %, ainsi que dans la région de Québec, avec 68 %, alors qu’en Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine le taux est de seulement 55 %, et de 59 % dans le Bas-Saint-Laurent.

Pour la question touchant le niveau d’endettement des Québécois par carte de crédit et marge de crédit, la moyenne québécoise se situe à 2 714 $. Le niveau le plus élevé est de 3 182 $ en Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine, suivi de près par la région de l’Outaouais, avec 3 153 $. Les moins endettés se retrouvent au Saguenay–Lac-Saint-Jean, avec 2 109 $, et en Mauricie, avec 2 347 $.

« Découvrez le vrai visage des Québécois » : une vaste enquête sociale auprès de 29 016 répondants
Depuis 2009, Hebdos Québec réalise une vaste enquête sociale afin d’évaluer l’opinion publique québécoise à propos de plusieurs enjeux et faits de société. C’est la firme de sondage Léger Marketing qui a été mandatée pour réaliser cette étude. Pour cette troisième édition, le sondage a été effectué par Internet et la collecte des données s’est déroulée entre le 30 avril et le 29 juin 2011, auprès d’un échantillon représentatif de 29 016 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français. L’étude a été menée à travers 150 localités dont les contours sont définis par la zone de distribution des journaux membres d’Hebdos Québec. L’échantillon par marché s’élève au minimum à 200 répondants. La marge d’erreur totale des résultats est de l’ordre de 0,58 %, et ce, 19 fois sur 20, tandis que celle d’un marché individuel est d’environ 6,93 % (basée sur un marché de 200 répondants), et ce, également 19 fois sur 20.

Appel à tous : la suite de l’enquête
Hebdos Québec veut pousser l’enquête encore plus loin et demander aux internautes de se prononcer sur ce sondage en répondant à une question et en fournissant une photo personnelle qui sera positionnée sur la carte du Québec. Avec cette participation en ligne, Hebdos Québec pourra tracer le portrait du Québec et donner l’occasion aux citoyens de toutes les régions de faire connaître leur opinion à partir des réseaux qu’ils utilisent, soit Facebook ou Twitter. Ainsi, du 3 au 31 octobre 2011, les personnes désireuses de donner leur avis pourront le faire. Hebdos Québec fera tirer un iPad 2 3G16Go et un iTouch 32Go parmi toutes les personnes qui auront répondu à l’invitation.

À propos d’Hebdos Québec
Hebdos Québec, une organisation à but non lucratif, existe depuis 1932. L’association voit à la promotion de la presse hebdomadaire et soutient l’industrie dans son développement, tout en portant une attention particulière à ses artisans. Hebdos Québec regroupe 150 journaux hebdomadaires francophones au Québec qui totalisent un tirage hebdomadaire de 5 millions d’exemplaires et qui produisent près de 95 % de l’information locale écrite. Hebdos Québec organise aussi Les Grands Prix des Hebdos, un des concours d’excellence en journalisme les plus importants au Canada, qui récompense annuellement ses membres et les artisans de la presse hebdomadaire.

Résultats complets sur www.vraivisagequebec.com